Une journée à la pisciculture de Castels !

Lundi 15 mai 2017, nous avons fait une seconde sortie. Lors de cette sortie, nous sommes partis à Castels pour relâcher les alevins que l’association MI.GA.DO  nous a fournis pour un projet de science. Ce jour-là, il faisait beau temps, on était tous content et il n’y avait aucun conflit. Dylan

DSC00987

Isabelle nous a conduit à un bassin où il y a des saumons prêt à se reproduire. Sarah.

Elle nous a raconté la vie des poissons (qu’est ce qu’ils font, comment ils meurent…) Aylin.

Lorsqu’on les garde dans un milieu non habituel, ils ne sont pas pareils que ceux en liberté : ils n’ont pas la même couleur, ils n’ont pas la même épaisseur ni la même taille et ils ne pourront pas bien se reproduire. Dylan

 

 

A 11h, nous avons pêché dans un ruisseau avec une épuisette, les petites bêtes que les saumons mangent. Puis on les a mis dans un sceau pour qu’on les examine. X.  Je ne pensais pas qu’il y avait autant de petites bêtes  dans  le  ruisseau et qu’elles étaient si importantes. Hugo.  Le meilleur moment était  cette pêche à l’épuisette car c’était magique. Johan.

IMG_0672
La pêche à l’épuisette. Stéphane nous a dit de toujours toujours ouvrir grand les yeux, cette phrase, je l’ai gardée ! Kalissia

Dans ce ruisseau, il y a nombreuses petites bestioles  que l’on ne voit pas. Sarah.  On les a attrapées avec des épuisettes , on les a observées puis nous les avons dessinées. Elles sont bizarres ! Certaines ont des ventouses, d’autres plusieurs pattes,  d‘autres sont en forme de branches de bois et bien d’autres choses étranges…Camille

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Avec Stéphane, après avoir dessinées les petites bêtes, nous avons du trouver leurs noms. Sarah. Moi j’ai observé et dessiné une sangsue. Camille.  Moi j’ai trouvé la larve dytique, une larve à 6 pattes et aux couleurs foncées pour se fondre dans le décor. Pédro.

C’est dans ce ruisseau qui regorge de vie que nous avons aussi relâché les petits saumons que nous avons élevés en classe.Malheureusement sur les 200 qu’ils ont donnés ils nous en restent plus que 3 ! Muhammed.

Au moment de relâcher les petits poissons, j’étais fière d’avoir eu cette responsabilité et contente de les voir nager, en liberté. Auteure masquée. J’ai adorée quand on a relâché les saumons car on les a vus de très près. Mélissa. C’était le meilleur moment de la journée, car on leur a donné une nouvelle vie dans leur milieu naturel. Hugo.  Moi, j’ai ressenti de la joie de les voir partir et voler de leur propres ailes. Thomas.  Au moment de relâcher  les alevins, j’ai ressentit un sentiment de tristesse. Dylan. J’ai ressenti de la joie pour eux car ils partent en bonne santé et qui sait, peut-être qu’ils se reproduiront et donneront des autres saumons. Johan.

Ensuite nous avons vu qu’à la pisciculture, avant d’être relâchés, les alevins des saumons vivent dans des sortes de bacs ronds. Dès qu’on ouvrait les portes des bacs ils se mettaient à l’ombre. On leur a donné des sortes de granulés. Idal

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La dernière chose qu’on  a faite est un petit jeu de rôle dans lequel on devait se mettre à la place des saumons.  Kalissia.  Des élèves jouaient le rôle des saumons et d’autres jouaient le rôle des prédateurs: il y avait les pêcheurs de toutes sortes, la truite, le cormoran. Amina.

Pour moi, c’était le meilleur moment de la journée, on devait faire le rôle de jeunes saumons, qui devaient aller en mer pour se nourrir  en abondance puis revenir en tant qu’adulte sur notre lieu de naissance. Ce ne fut pas facile, car nous étions confrontés aux pécheurs (à la ligne, aux filets), aux prédateurs comme les truites (leur cousine) et les oiseaux et aux barrages. Pédro.

smolts jeu
En blanc les jeunes saumons. Ils vont devoir aller en mer pour grossir et se transformer en adulte avant de revenir en rivière. Mais sur leur chemin de nombreux obstacles les attendent…
IMG_0709
Seuls 3 saumons adultes on réussi à revenir sur leur lieu de naissance ! !

Ensuite nous avons refait le jeu mais sans les obstacles. Ayman.

Grâce à ce jeu, j’ai appris que la vie des saumons n’est pas aussi facile qu’on le pense : c’est facile de pêcher ou de mettre des barrages mais ce n’est pas facile pour les saumons de surmonter ces obstacles. C’était mon meilleur moment de la journée car on a plus ou moins compris la vie des saumons. Idal.

En faisant le jeu de rôle, j’ai appris que les smolts avaient  beaucoup d’obstacles naturels : les prédateurs : les cormorans, les truites les pélicans … Mais aussi des causes humaines : la pêche (filet ou ligne), la pollution, les barrages, et les bateaux de pêche. Ce jeu de rôle était vraiment très réaliste. Dylan.

Le jeu de rôle m’a fait prendre conscience des actes. Johan.

Il y a plus de choses dangereuses pour cette espèce que ce que je pensais auparavant. Ce jeu m’a vraiment montré à quel point le saumon est en danger. Deux auteurs masqués….

On a aussi appris du jeu de rôle que c’était compliqué d’être un saumon. Thomas

Grace au jeu de rôle j’ai compris qu’il est très compliqué pour les poissons migrateurs de retourner dans leurs rivières. Sarah

La journée en un mot :

Chaleur, Saumon, Ruisseau, enthousiasmante, superbe, smolts, joie, affection, amusante, super, enrichissante, découverte.

J’ai adoré cette sortie et j’ai retenu plein de chose Damien.  

Le mot qui résume toute la journée, ça serait plutôt « écoute », car en écoutant on apprend. Alexandre.

Un mot qui résume toute la journée, «  découverte ». Laura.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :